SPECTACLES







Kalpana fait partie des danseuses qui ont fait le long chemin 
indispensable à la pratique d'un art traditionnel. 
Après des années d'immersion en Inde à Chennaï auprès de ses maîtres, 
à son retour elle est invitée sur de nombreuses scènes et collabore avec des chorégraphes, 
acceptant de plonger ce style rigoureux dans différents contextes. 

Elle présentera cette fois-ci des chorégraphies de ses maîtres : 
V.S. Muthuswamy Pillaï et Kalanidhi Narayanan
Elle sera accompagnée pour certaines pièces par Emmanuelle Martin (chant) 
et Venkat Krishnan (mridangam), 
références en France dans le domaine de la musique carnatique.






Après avoir vécu 10 ans en Inde à Chennaï où elle s'est consacrée à l'apprentissage 
du chant carnatique auprès de l'un des grands maîtres : Sri T.M. Krishna
Emmanuelle Martin partage son temps entre l'Inde, la France 
et les Etats Unis où elle donne régulièrement des concerts et transmet son art. 
En 2016, elle rejoint Ariane Mnouchkine et la troupe du théâtre du Soleil 
afin de former les acteurs au chant en vue de leur dernière création 
"une chambre en Inde".






A cinq ans, l'apprentissage de Venkat Krishnan aux percussions est confié 
à Guru Ganapathi Subramaniam, lui-même disciple de l'illustre Guruvayur Dorai
l'un des rois du Pudukkotai style. Après son arangetram, 
Venkat aiguise son savoir faire auprès de Mannargudi A. Easwaran
très grande figure de la tradition carnatique.








Iran, Fanny et Morgane vivent chacune leur passion pour la danse intensément. 
Elles sont venues toutes les trois vers mon enseignement 
il y a dix ans pour Fanny et huit ans pour Iran et Morgane. 
Elles ont aussi chacune leur parcours et ont travaillé avec d'autres danseuses 
et maîtres en France et en Inde. Leur engagement m'émeut profondément.


En leur transmettant des chorégraphies de V.S. Muthuswamy Pillaï et Kalanidhi Narayanan

je travaille avec elles sur l'interprétation qui doit être propre à chaque danseuse. 
Un grand plaisir de replonger dans les magnifiques pièces de mes maîtres, 
de les revisiter, de les voir réinterprétées, de leur donner une nouvelle vie.
Elles présenteront aussi deux pièces que j'ai chorégraphiées pour elles en duo et en trio.

Kalpana




Fanny Wiard est passionnée par la danse depuis son enfance.
Elle découvre le Bharata Natyam à l'âge de 12 ans.
A partir de 2008, elle suit les cours de Kalpana à Paris.
A partir de 2014, elle reçoit aussi l'enseignement du maître Kuttalam M. Selvam 
(fils de V.S.Muthuswamy Pillaï) à Chennaï en Inde.
Elle a travaillé l'abhinaya avec Sangeeta Isvaran et Bragha Bessel.






Iran Farkhondeh pratique le Bharata Natyam depuis l'année 2000.
Elle a d'abord travaillé huit années dans le style du Kalakshetra 
auprès du maître Dayalasingham à Paris, lui même disciple d'Adyar K. Lakshman.
Elle travaille depuis 2010 auprès de KalpanaLors de deux séjours en Inde, 
elle a pratiqué à Pondichery auprès du maître Mariyappan en 2007 et à Chennaï 
auprès de Kuttalam M. Selvam en 2011.








Morgane Mooken a commencé le Bharata Natyam à l'âge de 9 ans.
D'origine mauricienne, elle souhaitait au départ apprendre cette danse 
pour se rapprocher de sa culture.  Elle commence son apprentissage 
auprès du maître Dayalasingham à Paris. 
En 2010, elle choisit de suivre l'enseignement de Kalpana avec la volonté 
d'aller plus loin et de se perfectionner dans tous les aspects de la danse.









C'était le 10 décembre 2017 

KALPANA a fêté, entourée de ses élèves :

40 ans de passion pour la danse (1977/2017)





Kalpana a fait le long chemin indispensable à la pratique d'un art traditionnel.

Formée au Bharata Natyam dès 1977 en France par Malavika et Shakuntala 

puis en Inde à Madras de 1980 à 1990 auprès des maîtres V.S. Muthuswamy Pillaï et Kalanidhi Narayanan. 
Elle donne son arangetram en novembre 1983.

Après des années d'immersions, de nombreux récitals en Inde à Madras, 

Chidambaram, Bangalore, Bombay, Delhi, Kalpana revient en France.

Elle est invitée sur de nombreuses scènes.


Elle oriente peu à peu son travail vers des collaborations variées avec des danseurs, des musiciens, 

des chorégraphes et metteurs en scène, revisitant cette danse à sa manière au fil de différentes créations.

Depuis plus de trente ans, elle enseigne le Bharata Natyam aux amateurs et aux professionnels.



https://youtu.be/RYHIX9GfSIY



*****




Reprise de "Ko Tha Tei

C'était à Castels le 15 juillet 2017


Prochaines dates 

9 février 2018 à Annecy (Salle Paul Thisse) 12h30.
17 mars 2018 à Paris (chez Malavika sur réservations) 20h30.
23 mars 2018 à Laval (Théâtre de l'Avant-Scène) 20h.



Danse : Kalpana 


Chorégraphies : V.S. Muthuswamy Pillaï - Kalanidhi Narayanan - Maïtreyi


Photos : Yannick Cormier
















*****



 VIDHYA SUBRAMANIAN


24 mars 2017 

Théâtre du Soleil - salle de répétition


Une salle comble, un public sous le charme.

Intensité et grâce étaient au rendez-vous.

Un magnifique récital en hommage à KALANIDHI NARAYANAN,

Avec en deuxième partie du récital, des padams (poèmes dansés) 

chantés en toute sobriété 

par BHAVANA PRADYUMNA.






























PHOTOS : Morgane MOOKEN



Spectacle organisé par ARTA en partenariat avec HAMSASYA




*****


7 mars à L'ARTA









































*****



17 novembre 2016 au Mandapa


Les formes du dieu Shiva sont multiples tout comme ses noms.
Sous sa forme de Nataraja le dieu qui danse, il symbolise l'équilibre parfait mais tellement précaire et fugitif du monde en mouvement.
Ce bref moment d'éternité, tension extrême du corps, résultat de l'alliance entre la maîtrise et le relâchement. Nataraja fait vibrer le monde au rythme de sa danse et l'instant suivant le dissout.


1ère partie : Récital 

Chorégraphies : V.S. Muthuswamy Pillaï et Kalanidhi Narayanan

(Vrttam : "kunnita puruvamum" - Kirtana "yaar adinar" - Shloka "Sive sringarardra" - Final)


2ème partie : "Ko-Tha-Tei" - création

Chorégraphie : Maïtreyi 

Nous avons imaginé Nataraja défait, presque abandonné, 
atterré et blessé devant le chaos actuel de notre monde,
la tourmente que nous traversons.
Il tente de se ressaisir.

dansé par Kalpana

Musiques : Kanchipuram Ellapa Mudaliar (chant)
Giacinto Scelsi - KO-THA I-II-III
(3 danses de Shiva où la guitare est traitée comme un instrument de percussion).





"Une très belle soirée de danse hier soir au Mandapa.
Merci à Kalpana et Maïtreyi pour ce régal.
Leur complicité chorégraphique nous a offert l'année dernière Parava illeï.
Ko-Tha-Tei s'inscrit dans la même veine d'élégance et d'humour à laquelle on reconnait bien leur patte. Fruit d'un regard novateur sur le bharata natyam, leur approche est tout en finesse.
Parfois de simples propositions de mise en espace qui permettent de voir sous un nouvel angle 
les chorégraphies originales des maîtres. 
Dans la première partie du spectacle, Kalpana danse des chorégraphies de Muthuswamy Pillaï et de Kalanidhi Narayanan.
Deux propositions audacieuses mais sommes toutes assez simples révèlent la force expressive de la danse en la débarrassant de sa gangue formelle : l'épure japonisante du costume d'une part et d'autre part le choix de la mise en espace 
qui propose de lier les pièces sans jamais sortir de scène.
Ainsi le fil de l'émotion n'est jamais rompu. Il est tiré d'un bout à l'autre de ce qui devient un chemin de danse où l'on passe d'une pièce à l'autre presque imperceptiblement, mené simplement par l'invitation de la danseuse à la suivre dans ce qui devient une sorte de recueil de contes finement enchâssés.

Dans la deuxième partie du spectacle, le récit est tout autre, plus contemporain.
La voix d'Ellapa ouvre la seconde partie mais elle laisse bientôt la place à la guitare de G.Scelsi.
Dans ces trois morceaux de guitare, l'instrument devient une percussion.
Le récit est d'une actualité troublante. Shiva le dieu de la danse apparaît désemparé devant notre planète dont le cours lui échappe. Il se délesterait bien de ce fardeau comme on envoie une balle.
Et pourtant son désarroi le fait par instants perdre pied, ses membres même lui échappent semble-t-il.
Si le thème peut parâitre assez sombre, une certaine truculence transparaît dans l'interprétation. Chaplin n'est pas loin... Ce Shiva et Parvati have got the blues est l'occasion d'un jeu sur les lignes et les formes propres au bharata natyam.
Bien loin d'être une fusion qui appauvrit, le regard contemporain et novateur est ici un écrin qui met en valeur la force expressive du bharata natyam qui, lorsqu'il est pratiqué dans l'intelligence du mouvement et l'émotion du geste, gagne à être présenté débarrassé de ses éléments d'apparat.
Espérons de nouvelles dates pour ces deux spectacles qui font l'effet de la vague Hokusai dans l'océan du bharata natyam, le spectateur reçoit une belle claque rafraîchissante pour son plus grand bonheur."

Iran Iris Farkhondeh











*******




Récital de Bharata Natyam

5 Juin 2016 au MANDAPA


Iran FARKHONDEH et Fanny WIARD présentées par KALPANA


Iran et Fanny vivent chacune leur passion pour la danse intensément.
Chacune plongée dans les études, la recherche depuis de nombreuses années, le temps qu'elles consacrent à la danse est considérable. Elles sont toutes deux venues vers mon enseignement il y a 7 ans pour Iran et 9 ans pour Fanny.
Elles ont aussi chacune leur parcours et ont travaillé 
avec d'autres danseuses et maîtres en France et en Inde. 
Leur engagement m'émeut profondément.
Elles ont partagé avec le public le dimanche 5 juin au Mandapa 
leur enthousiasme pour le Bharata Natyam.
Pas de recherche chorégraphique particulière dans ce récital, ce n'était pas le propos mais des adaptations car ces danses ont été à l'origine chorégraphiées pour moi.
Un travail donc sur l'interprétation qui doit être propre à chaque danseuse.
Un grand plaisir pour moi de revisiter les magnifiques pièces de mon maître V.S. Muthuswamy Pillaï, de les voir réinterpréter, de leur donner une nouvelle vie.

Kalpana





IRAN FARKHONDEH






FANNY WIARD







KALPANA




"Kalpana et ses deux brillantes élèves Fanny et Iran ont donné le 5 juin 2016 au Mandapa un récital de Bharata Natyam d'une grande beauté esthétique et technique qui a témoigné une fois de plus de l'universalité d'un art par-delà toutes frontières.
Il était révélateur du rôle de l'enseignante dans la fidélité et la rigueur de sa transmission, et de celui de l'élève dans la conviction de son engagement.
Associant maître et disciples sans mettre en relief de suprématie, chacune apportait son témoignage personnel laissant transparaître, tel un fil de vie ininterrompu, ce legs de connaissance et de foi qui a assuré la pérennité de ce grand art jusqu'à nous.
Ce fut un moment de pur plaisir par l'intensité d'expression des interprètes"

Milena SALVINI (directrice du Mandapa)

















Très bel article de Dr Sunil Kothari :













IRAN pratique le Bharata Natyam depuis 2000. Elle a d'abord travaillé huit années dans le style Kalakshetra auprès du maître Dayalasingham, lui même disciple d'Adyar Lakshman. Elle travaille depuis 2009 avec Kalpana dans le style de V.S. Muthuswamy Pillaï. Elle a réalisé deux voyages en Inde durant lesquels elle a pratiqué le Bharata Ntyam quotidiennement : à Pondicherry auprès du maître Mariyappan (style Kalakshetra) en 2007 et à Chennaï auprès du maître Kuttalama M. Selvam en 2011. Son amour du Bharata natyam a été décisif dans le choix de ses études puisqu'elle a choisi dès 2002 d'étudier le sanskrit qu'elle enseigne aujourd'hui.







Passionnée par la danse depuis son enfance, FANNY découvre le Bharata Natyam à l'âge de 12 ans. Cette danse exigeante et d'une richesse incroyable la fascine immédiatement. A partir de 2008, elle suit les cours de Kalpana à Paris dans le style de V.S. Muthuswamy Pillaï. La rigueur et la générosité de son professeur l'encouragent à réaliser son rêve : partir se perfectionner en Inde. En 201, elle part vivre à Chennaï où elle reçoit l'enseignement du maître Kuttalam M. Selvam, le fils de Muthuswamy Pillaï, Sangeeta Isvaran puis Bragua Bessel pour l'abhinaya. Par ailleurs, elle approfondit sa pratique en prenant des cours de chant carnatique et de kalaripayattu. Depuis 2014, elle partage son temps entre l'Inde et la France.






http://hamsasya-legesteducoeur.blogspot.fr/p/parcours.html










Quelques images prises en répétitions

à la MPAA Broussais et au 104. 






















































PHOTOS : Jeanne PARAVERT




*******




Création pour les 40 ans du MANDAPA  les 26 et 27 novembre 2016

(Reprise le 10 mai 2016)


Parava ïllei

"Ce n'est pas grave"



Danse : KALPANA





Mise en récit : Maïtreyi






Danseuse de Bharata natyam, Kalpana a souvent collaboré en France

avec d'autres chorégraphes que ses maîtres indiens 

en acceptant de plonger ce style rigoureux

 et académique dans différents contextes mais sans en modifier la technique.

Quand elle me propose de travailler pour elle, 

c'est l'interprète qui m'intéresse et les traces de sa danse, 

de ses expériences artistiques ou intimes afin d'interroger la plasticité du Bharata Natyam.

Nous fabriquons donc un "récital" peu conforme, une biographie légère .

Parava illeï "ce n'est pas grave" est un moment de tendresse, de recherche aussi. 

Un portrait.


Maïtreyi



















Écoulement du temps,

un présent qui s'ouvre sur un passé et un futur,

comme une mélodie qui n'est pas formée d'une simple addition de notes

mais dans laquelle chaque note découle de la précédente et colore la suivante.







































































"Cette précision et concentration que tu as, si forte et lumineuse.

La moindre petite chose est rendue poétique, musicale, claire.

J'ai beaucoup apprécié la tendance "performance" 

venant solidement d'une technique imbattable.

Piège pour certains qui me semble un peu facile, un peu vide.

Dans "Ce n'est pas grave", c'est heureusement pas le cas.

Le temps anormalement lent et temps "d'attente" sont portés par ta force 

et deviennent musique silencieuse ou silences musicaux.

Étonnant cette facilité de passer d'intense et élégamment agité 

aux passages calmes de danses pleines d'énergie précise, 

à l'hommage retenu et touchant."


Andy DEGROAT (28/11/2015)











Extraits et chorégraphies :

V.S. Muthuswamy Pillaï, Kalanidhi Narayanan, Maïtreyi, Dominique Delorme








Remerciements :

Andy Degroat, Jean-Jacques Lemêtre, Nirupama Nityanandan,

Nicolas Pesquès, Milena Salvini.



*****



 "Si.Lent Solo" par Annette LEDAY









Installé dans un silence introspectif, "Si-Lent solo" ramène Annette 

aux traces de ses parcours et convoque en quelques gestes 

le voyage de toute une vie entre l'Inde et la France.









Photos : Pierre Fabris







*****


 Spectacle du 11 avril 2015



Scène du Canal - Espace Jemmapes à Paris


Un spectacle composé de solos, duos 

et d'une pièce pour 4 danseuses chorégraphiée par Kalpana : Dhrupad

suite au travail mené lors des ateliers chorégraphiques depuis octobre 2014.


avec Iran, Fanny, Morgane et Alessandra






Dhrupad (Tillana) 


Le terme "Dhrupad", emprunté à la musique hindustani représente la plus ancienne tradition musicale de l'Inde. Cette technique très intériorisée du chant qui trouve ses sources dans l'incantation védique, fait de la voix humaine un instrument vocal puissant, un art subtil, sophistiqué et complet  qui nécessite la pratique du Nada Yoga (yoga du son) par lequel le chanteur augmente la résonance interne de son corps afin de pouvoir utiliser toute une palette de tonalités subtiles.

Ce style musical et les cycles rythmiques associés qui demandent une précision impeccable sont directement reliés aux cycles des saisons, aux sentiments profonds, aux résonances subtiles du monde animal, végétal et cosmique et nous invite à faire la paix, à goûter la saveur de la résonance...

La phrase narrative généralement dédiée à une divinité dans la plupart des Tillana est consacrée ici entièrement à la musique. En voici la signification : Les manifestations de la réalité se fondent dans le principe suprême de même que les notes se fondent dans la mélodie.

Alors que dans tous les Tillana, le thème musical est élaboré sur les syllabes rythmiques, ici ce sont les notes (swara) qui sont chantées. Les sept notes évoqueraient les sons émis par les animaux : l'éléphant, le taureau, le cabri, le héron, le cheval, le paon et le coucou.

Pour cette pièce, j'ai aussi été inspirée par les très belles sculptures du temple Hoysalesvara (Halebid en Inde -XIIe siècle) dédié à Shiva et à  la déesse Parvati. Temple célèbre pour la finesse de ses sculptures.


J'ai choisi selon ce que je perçois et connais des quatre danseuses 4 "MUSES" :






La première joue avec ses voiles et cherche à cacher sa nudité.
Elle incarne  la FLUIDITÉ, la GRÂCE,.

La deuxième s'amuse avec des petits instruments de percussions qu'elle tient perchés 
au dessus de sa tête. Elle incarne le JEU, la MALICE.

La troisième : un oiseau délicatement posé sur son poignet, 
prêt à s'envoler incarne la DOUCEUR, la LÉGÈRETÉ.

La quatrième tient sous son bras un arc, nous l'avons transformé 
en un instrument de musique qui pourrait être une lyre. 
Elle incarne la CONNAISSANCE, la POÉSIE.


Avec chacune des danseuses, j'ai cherché à construire, à partir de la muse qu'elle incarne plus une ligne "mélodique" qu'une ligne "chorégraphique", la consigne étant de se laisser traverser par la musique, de laisser chanter son corps.

Ensuite, comme la technique du Contrepoint en musique, j'ai travaillé par superpositions et petit à petit la chorégraphie est née.

Le contrepoint lui-même a une âme, en ceci que le parallélisme de ses voix est expressément réglé note pour note par une volonté musicienne qui fait chanter ensemble ou converser plusieurs parties mélodiques également expressives.

J'ai pu partager avec les danseuses les thèmes qui me sont chers : la circulation de l'énergie, l'immobilité, la musicalité...


Une petite anecdote qui m'a tellement touchée et marquée : 
il y a 20 ans à Madras pendant le festival, j'assistais à une lecture/démonstration 
de Padma Subrahmanyam qui nous expliqua et démontra en dansant 
et chantant un jatiswaram comment elle vivait par sa danse chaque note de musique, 
chaque intervalle, chaque oscillation... 

Sublime inspiration !...





Photos : Pierre Fabris



Les autres chorégraphies du spectacle



MALLARI dansé par Kalpana

Chorégraphie de Kalpana

Le mallari est une forme musicale avant tout : ce morceau est joué 
dans les temples du sud de l’Inde au moment des processions. 
En hommage à mon Maître V.S Muthuswamy Pillaï qui a mis le mallari 
au répertoire du Bharata Natyam comme danse d'introduction.







"GURU BRAHMA" par Alessandra, Fanny, Iran, Morgane et Kalpana

Salutation au maître identifié à Brahma, Vishnu et Maheshvara (Shiva). 
Le guru n’est autre que l'absolu, l'âme universelle.







NATESHA KAUTWAM dansé par Fanny et Morgane

 Mise en espace : Kalpana

Cette danse est dédiée à Natesha, Shiva "prince de la danse".
Chorégraphie de V.S. Muthuswamy Pillaï par Morgane 
et de son fils Kuttalam M. Selvam par Fanny.







JATISWARAM dansé par Fanny et Iran 

Mise en espace : Kalpana      

Le jatiswaram est une danse technique où les jati (séquences de danse pure) 
sont chorégraphiés sur les swara  (notes de musique). 

D’après les chorégraphies de V.S. Muthuswamy Pillaï et Kuttalam M. Selvam


                                                      
                                                                    



NATANAM ADINAR dansé par Morgane

Chorégraphie de V.S. Muthuswamy Pillaï


Danse dévotionnelle dédiée à Siva sous sa forme de danseur cosmique, Nataraja. 
Dans le temple d'or à Chidambaram, Shiva dansa et fit trembler le monde dans les huit directions. 
Le Gange jaillit de sa chevelure et tous les Dieux chantèrent ses louanges.




                                    


PADAM "Sogasu" dansé par Fanny  

Chorégraphie de Sangeeta Isvaran


Les padam sont des poèmes dansés aux thèmes très variés et aux ressources expressives infinies. 
A chaque spectacle, la danseuse peut donner une signification nouvelle, 
différente d’une même pièce selon sa compréhension personnelle et son état émotionnel du moment. 
Elle doit amener le public au rasa (plaisir esthétique) en lui communiquant le bhava (émotion).

                                                                                





KIRTANA dansé par Iran et Morgane
  
Chorégraphie de V.S. Muthuswamy Pillaï 

Mise en espace Kalpana


Danse dévotionnelle, dédiée ici à Murugan. 
On l'évoque lui et sa famille non sans une pointe de dérision. 
La danse comporte différentes nuances qui vont de l'étonnement à la moquerie affectueuse.

                                         





JAVALI "Marubari" dansé par Iran  

Chorégraphie de Kalanidhi Narayanan

Le javali,  forme plus récente que le padam, est généralement plus direct et familier. 
Le tempo rapide est enjoué.








PADAM "Eppadi manam" dansé par Kalpana 

Chorégraphie de Kalanidhi Narayanan

Poème dansé. Rama vient d'apprendre que son père l'envoie en exil.
Il annonce à Sita son départ pour la forêt durant quatorze ans.
Il lui dit qu'il partira seul. Sita réagit...






*****







*******


A déjà eu lieu...

Auditorium du Musée GUIMET


 Vendredi 5 et samedi 6 décembre 2014 à 20h30


Vidhya SUBRAMANIAN 


http://www.vsubramania






accompagnée des musiciens : 

Arun Gopinath : Chant 


Karthikeyan Ramanathan : Mridangan

 

Venkatakrishnan Mahalingam : Nattuvangam


 Easwar Ramakrishnan : violon













Remerciements

 Le Musée GUIMET -  Mr Hubert LAOT 

L'ARTA - Lucia BENSASSON et Jean François DUSIGNE 

Les Ateliers de Paris - Carolyn CARLSON.

Régine Bellefontaine - Elisabeth Petit Shalini - Michèle Fong






********




BRAGUA BESSELL
débute le Bharata Natyam avec les gurus :
Mangudi Sri Durairaj Iyer
et
Sri P. S. Kunchithapadam Pillaï en 1964.

Elle devient disciple de Adyar Sri K. Lakshman et Smt Kalanidhy Narayanan en 1982.

Depuis son Arangetram en 1967, Bragua donne de nombreux récitals.

Elle enseigne l' Abhinaya au Kalakshetra à Chennaï aux élèves avancés, 
  donne régulièrement des conférences et démonstrations
 dans les collèges et universités en Inde et à l'étranger.

Elle n'est plus à présenter tant son talent en Abhinaya est reconnu.



De passage en Europe, elle nous fait l'immense joie de nous offrir
un spectacle/démonstration d'Abhinaya chez Malavika : 
le Jeudi 17 octobre 2013 à 20h30.


Cette soirée est privée et le nombre de places très limité,
Renseignement : 06 74 90 89 67
ou écrire sur le mail suivant : kalp@wanadoo.fr

                             

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire